linkedin twitter viadeo SENSEE blog.

Les gens qu’on aime. 29 octobre 2015.

Bertrand Altmayer / Marcel

Avec Marcel, plus vous réservez tôt votre VTC, moins il vous coûte cher.

Bertrand Altmayer /  Marcel

Avec son associé Benoît Richard, ils ont créé Marcel, la première compagnie de VTC basée sur le système de yield management (l’optimisation des tarifs en fonction de la demande). Avec plus de 600 chauffeurs et quelques gros clients exclusifs tels qu’Accor et le Club Med, ils entendent tailler des croupières au géant Uber sur le créneau business.

Sensee : Bonjour Bertrand, peux­-tu nous raconter l’histoire de Marcel ?

Bertrand Altmayer : C’est une idée qui est née il y a une dizaine d’années, bien avant l’arrivée des VTC en France. Nous venions de terminer nos études, nous habitions Asnières et il nous arrivait fréquemment de devoir rentrer chez nous à pied le soir tard lorsque nous sortions à Paris. C’est alors que nous avons commencé à nous intéresser aux problématiques liées aux solutions de mobilité. Puis nos vies ont évolué, j’ai été embauché à Londres, Benoît a fondé une famille, et il a fallu attendre 2011 pour que notre projet se réalise.

marcel-article2

S. : Quel a été le déclic ?

B. A. : Tout s’est concrétisé quand nous avons rejoint l’incubateur HEC, où nous avons pu rencontrer notre mentor Michel Santi. Il nous a posé les bonnes questions et nous a martelé une phrase : différenciez-­vous de vos concurrents ! C’est alors que nous avons réalisé que le taux d’utilisation des taxis ou chauffeurs n’était que de 43%. En optimisant ce chiffre, tout le monde y gagnerait, chauffeurs comme utilisateurs. Aujourd’hui, plus de 600 chauffeurs travaillent pour nous, et de grands groupes comme Le Club Med ou Accor nous font confiance, en exclusivité !

S. : A quoi ressemblent tes journées aujourd’hui ?

B. A. : Depuis 4 mois, on est enfin sortis de l’opérationnel pur. On se consacre essentiellement à la recherche de financements et de talents qui vont venir renforcer notre équipe composée aujourd’hui de 25 personnes.

S. : Que fais-­tu quand tu as un moment pour souffler ?

B. A. : Je suis un grand fan de squash, de tennis et de belote, alors un des trois au choix. Sinon, rien de très original mais le week-­end, j’adore emmener ma petite famille à la campagne.

S. : Quels sont tes lieux de prédilection à Paris ?

B. A. : J’adore rejoindre les copains au Chéri­Charlot. C’est un bar que nous avons monté rue Richer dans le 9ème à Paris, et où l’on se retrouve pour manger de bons petits produits triés sur le volet en regardant le rugby. Je suis aussi un adepte du café Marlette, rue des martyrs, pour les petits déjeuners pro. Sinon, en plus confidentiel, j’ai enfin réussi à obtenir ma carte de membre du CLAP, un club de pétanque hors d’âge planté dans les hauteurs de Montmartre avec une buvette irrésistible.

S. : Quels sont les trois fils Twitter que tu suis assidûment ?

B. A. : Médiapart pour l’esprit de contradiction, Frenchweb pour l’actualité startup et Fussoir pour rigoler un coup.

S. : Et si tu devais faire un vœu, là tout de suite maintenant ?

B. A. : Créer le réflexe Marcel ! Nous avons tous le réflexe Uber en sortant d’un dîner le soir. Notre ambition est de créer le même réflexe pour tous les rendez­-vous professionnels.

 

Retrouvez Marcel sur www.marcel.cab