linkedin twitter viadeo SENSEE blog.

Bienvenue chez nous. 17 décembre 2015.

Cristiano Benzoni et Sophie Thuillier / Architectes

« Vision et transparence ! »

Cristiano Benzoni et Sophie Thuillier / Architectes

Du tableau périodique des éléments aux œuvres de Damien Hirst, les deux architectes qui ont conçu le nouveau concept de la boutique Sensee parlent de leur inspiration autour de la marque et de leur vision de l’architecture.

Sensee : Présentez-vous en quelques mots…

Sophie : Nous sommes deux architectes, lui italien, moi française. Nous nous sommes rencontrés  dans le cadre du programme Erasmus à Porto, au Portugal.

Cristiano : Nous étions parmi les premiers à profiter de cette nouvelle expérience européenne, c’était formidable ! Nous nous sommes ensuite retrouvés à Paris chez Jean Nouvel, auprès de qui nous avons « fait nos classes » comme chefs de projets pendant sept ans, avant de créer notre propre agence, REV, en 2006. Chez Jean Nouvel, nous avons cultivé notre « inquiétude géographique » en travaillant sur des projets à différentes échelles, en France et à l’étranger, et auprès de clients parfois visionnaires. C’est grâce à ma longue collaboration avec LVMH, notamment sur le projet de la Maison Louis Vuitton sur les Champs Elysées, que j’ai expérimenté la rencontre entre architecture et retail avec ma première agence associée.

Se. : Enfants, rêviez-vous déjà de suivre cette voie ?

So. : Pas du tout ! Je voulais être médecin, comme beaucoup d’enfants…Au fil des années, mon appétence pour le dessin, les maquettes et, plus généralement pour tout ce qui était manuel, m’a naturellement amené à faire des études d’architecture.

C. : Vous ne me croirez pas, mais je ne me suis jamais posé la question ! C’est venu spontanément. Pour moi, l’architecture est le point de rencontre entre plusieurs disciplines. L’enseignement de l’architecture en Italie était extrêmement ouvert et transversal, influencé par plusieurs disciplines, des plus techniques aux plus littéraires : en somme, l’architecture était une expression artistique aux dimensions infinies. Comment résister ?

agence-rev

Se. : Comment travaillez-vous ensemble, au quotidien ?

So. : Notre méthode de travail est fluide, sûrement parce que nous sommes complémentaires. Cristiano est très créatif. En plus d’être un “volcan d’idée”, il approche les projets avec poésie. Moi je m’inscris plutôt dans le pragmatisme, ce qui nous permet de concrétiser les idées de Cristiano tout en répondant aux exigences du client et du projet.

C. : Nous confrontons des idées et parlons de nos projets en permanence. Nous « vivons » notre métier, au point parfois d’en oublier notre vie personnelle…

Se. : Comment êtes-vous influencés, guidés, inspirés ?

C. : Nous partageons l’idée que l’architecture est comme une chaîne du désir, qui se manifeste à un moment, dans une culture ou une société donnée. Nous ne regardons pas l’architecture des autres ; nos inspirations viennent d’ailleurs, des disciplines amies et voisines de l’architecture : de la mode, de la musique, de l’art, du cinéma, des grands classiques italiens, bien sûr…

So. : Notre architecture correspond à la mise en espace de l’identité d’un client, d’une marque. Le résultat est toujours unique.

Se. : Comment s’est déroulée cette toute première collaboration avec Sensee ?

C. : Nous étions enthousiasmés par le positionnement audacieux de la marque, et nous trouvions de très belles correspondances avec les personnalités de ceux qui la dirigent. Nous avons fait un projet pour des gens comme nous ! Le concept de la boutique a donc été naturellement formalisé dès les premières semaines.

So. : Ce projet, piloté par Agathe Marimbert, notre chef de projet, s’est concrétisé en seulement quelques mois grâce à des conditions privilégiées : une même vision, peu d’obstacles administratifs et de bonnes synergies, notamment avec les autres partenaires (MAD Network et Be-pôles) qui formaient une équipe très dynamique.

Se. : Quelles ont été vos sources d’inspiration pour concevoir la boutique ?

So. : Nous débordions d’inspiration pour la boutique ! Notre principal défi était de contourner la présentation “classique” des paires de lunettes que l’on connaît chez les opticiens, et qui donne le sentiment d’une accumulation désordonnée. Nous voulions aussi créer pour chaque paire un “habitat”, un écosystème qui fait de la lunette un objet unique, d’exception. C’est pourquoi nous avons conçu un éclairage spécifique et une organisation limpide, avec pour référence le tableau périodique des éléments et les « accumulations esthétiques » des œuvres de Damien Hirst.

 

C. : Notre approche était aussi urbaine : la façade de la boutique devait s’effacer pour laisser apparaître l’élément iconique que nous avons créé pour chaque espace de vente, la Sensee Box. De cette façon, la visibilité des boutiques était renforcée et celles-ci obtenaient une identité au cœur de la ville, de jour comme de nuit.

boutique-sensee-interieur

La Sensee Box est un dispositif symbolique et fonctionnel à la fois : il prend la forme d’une grande table qui permet aux clients comme aux ambassadeurs Sensee d’apercevoir depuis ce point l’ensemble des collections en toute transparence et convivialité. C’est, en somme, le point de vue singulier sur la marque et ses collections, un « catalyseur » d’émotions.
Nous avons par ailleurs suggéré à Sensee de faire appel à Arnold pour scénariser et détourner l’identité de la marque. Il a ainsi créé une vaste vitrine intérieure qui interprète les grands mouvements de la marque. La visibilité de cette vitrine iconique, face à l’entrée, participe elle aussi à effacer et fluidifier la transition entre intérieur et extérieur du magasin.

Se. : Que vous inspire la marque elle-­même ?

C. : Sensee est une marque de son temps, dans le coup de l’époque. Elle travaille sur des classiques tout en cherchant des formes universelles. Le côté démocratique de la marque me séduit particulièrement.

So. : Sensee, c’est la recherche de l’innovation et du changement, notamment celui du modèle de vente traditionnelle défendu par son fondateur Marc Simoncini. La marque fait figure de précurseur dans le secteur de l’optique en France, par son modèle économique omni-channel et privilégiant la vente en ligne.

Se. : Comment décriveriez-vous vos personnalités ?

So. : Cristiano aborde les projets et les idées avec poésie et moi avec pragmatisme. Je crois que l’on se complète bien !

Se. : Qu’est-ce qui vous paraît le plus difficile dans votre travail ?

C. : L’une de mes préoccupations est d’arriver à traduire avec justesse les désirs et les inquiétudes de la société dans laquelle nous vivons. Notre métier se veut sensible et il est important que notre travail reflète notre époque. Nous concevons en quelque sorte des « architectures de résistance ».

mur-de-lunettes-carre

So. : Nous devons en permanence innover, sans copier. Face à la prolifération des images et des types d’architectures, il est difficile d’en faire abstraction et pourtant, nous devons chaque fois concevoir un projet unique. Il faut penser l’architecture comme si nous n’avions jamais eu d’architecture… La démarche doit prévaloir sur l’image. Cet exercice mental est nécessaire pour sortir du « tout-esthétique » et donner du sens aux projets.

Se. : Et qu’est ce qui fait que vous n’en changeriez pour rien au monde ?

So. : Notre métier est une passion. Nous aimons la complexité de nos projets.

C. : C’est un métier formidable que nous avons eu le privilège de choisir. Cela nous permet de poétiser, par fragments, notre vision du monde et la recherche du plaisir de vivre.

Se. : Quel conseil vous a accompagné tout au long de votre aventure ?

C. : Ne jamais recycler les idées !

boutique-sensee-exterieur

Retrouvez Sophie et Cristiano sur rev-architecture.com